3. Ateliers d’introduction à la recherche

English

Les ateliers d’introduction à la recherche sont proposés pour initier les jeunes à quelques concepts de recherche, d’histoire orale et d’archivistique.

3a. Chercheur en herbe : atelier de recherche des ressources bibliographiques présentées dans le livret.

Déroulement : Avec les jeunes, choisir un thème présenté dans le livret et qu’ils veulent approfondir. Les inviter à chercher certaines des ressources présentées dans les sections bibliographiques « Quelques lectures pertinentes ». Ces recherches peuvent être faites dans une base de données virtuelle (telle celle de Bibliothèque et Archives nationales du Québec) ou à la bibliothèque de quartier. À partir de la bibliographie de cette ressource, les jeunes peuvent poursuivre leurs recherches en trouvant de nouveaux ouvrages. Ainsi, d’une bibliographie à une autre, ils peuvent approfondir leurs connaissances sur la thématique choisie tout en se familiarisant avec certains principes de recherche. Ils peuvent présenter ce qu’ils trouvent au fur et à mesure, comme s’ils faisaient une enquête sur le sujet.

Discussion : Il y a différentes ressources pour faire de la recherche : dans les livres, dans les archives publiques et privées, à travers des entrevues, etc. La recherche qui a été faite pour réaliser le livret a puisé dans plusieurs types de ressources : livres, articles, journaux, bulletins. Cet atelier permettra aux jeunes de chercher de l’information supplémentaire en lien avec un thème qui les intéresse. Ils se familiariseront avec un processus de recherche en utilisant les sections bibliographiques des chapitres du livret et des ouvrages trouvés comme sources d’information menant à d’autres ouvrages. Les discussions peuvent donc porter sur ce que les jeunes trouvent, les démarches de leurs recherches et les difficultés rencontrées.

3b. Patrimoine public : atelier de recherche dans les bases de données de différentes archives publiques.

Déroulement : Les archives municipales, provinciales et nationales sont des archives publiques à la disposition de tous. On y trouve, entre autres, des documents anciens, des photographies et d’anciens journaux. Les bases de données de plusieurs de ces archives sont mises en ligne et peuvent être consultées par le public. Pour en faciliter l’accessibilité, les collections de photos sont de plus en plus numérisées. Faire les jeunes écrire une liste de mots-clés en lien avec le livret et la ligne du temps pour faire des recherches dans ces bases de données. Ils peuvent noter ou imprimer ce qu’ils trouvent et ensuite partager leurs découvertes avec le groupe. Par exemple, une recherche du mot-clé ‘Jamaïque’ dans le moteur de recherche de Bibliothèque et Archives Canada a donné comme résultat plusieurs photos dont une des hôtesses du Pavillon de la Jamaïque à l’Expo 67. Les Archives de Montréal possèdent une superbe collection de photos anciennes qu’il faut aller consulter sur place ; il y a là plusieurs portraits de personnalités caribéennes ayant visité la ville pendant le 20ème siècle.

Bibliothèque et Archives Canada : http://www.collectionscanada.gc.ca/lac-bac/recherche/arch

Bibliothèque et Archives nationales du Québec : http://www.banq.qc.ca/archives/

Archives de la Ville de Montréal : http://archivesdemontreal.com

Discussion : Après avoir effectué leurs recherches, les jeunes peuvent présenter leurs résultats ainsi que leurs méthodes de recherche. Avec l’accès grandissant aux bases de données virtuelles, il sera intéressant de savoir si les jeunes utilisent ces ressources, ou d’autres sources informationnelles, comment et dans quel cadre. Il s’agit en fait de les faire réfléchir à la manière dont ils recherchent l’information qui les intéresse.

Exemples de questions : Est-ce la première fois que vous utilisez ces ressources ? À partir de cette expérience sauriez-vous chercher une information qui vous intéresse dans ce type de base de données ? Sauriez-vous trouver d’autres bases de données qui vous intéressent ?

3c. Raconte-moi ton histoire : atelier intergénérationnel d’histoire orale.

Déroulement : L’entrevue d’histoire orale invite la personne interrogée à raconter l’histoire de sa vie. Il ne s’agit pas d’entrevues très structurées mais plutôt de dialogues, suivant le rythme de la personne interviewée. Celle-ci est amenée à partager ses souvenirs et à raconter les passages de sa vie qu’elle veut partager. Les jeunes doivent donc trouver un adulte significatif avec qui ils font une entrevue d’histoire orale. Avec le consentement de la personne, ils peuvent enregistrer cette entrevue. Une copie intégrale de l’enregistrement devrait être remise à la personne interrogée et il faut s’assurer que celle-ci consent à l’utilisation d’extraits de son entrevue pour un projet secondaire. Par la suite, les jeunes peuvent travailler avec la personne interrogée à partir de l’enregistrement audio, ou de la transcription de l’entrevue, pour en faire ressortir des passages significatifs. Ces extraits peuvent servir à alimenter une œuvre artistique ou un projet de recherche fait en collaboration entre les jeunes et les participants aux entrevues. Le projet devient ainsi un véritable échange entre les différents participants, les jeunes et les aînés.

Discussion : L’entrevue intergénérationnelle permet de mieux comprendre la trajectoire et l’histoire familiale et communautaire. Elle permet aux jeunes d’entrer en contact avec des aînés et d’apprendre sur une période historique qu’ils ne connaissent peut-être pas. Les discussions peuvent donc porter sur l’importance de la mémoire, sur ce qui les a marqué, sur la manière dont l’histoire est transmise – ou pas – de génération en génération et sur les apprentissages des jeunes à travers ces entrevues.

3d. Préserver nos souvenirs : atelier d’analyse et de préservation de photos.

Déroulement : Inviter les jeunes à trouver de vieilles photos des centres et activités communautaires ou des photos familiales. S’ils n’ont pas accès à d’anciennes photos, ils peuvent photographier un lieu, une personne importante pour eux et utiliser ces photos pour l’atelier. Préparer avec eux une fiche de description où ils notent les renseignements essentiels pour documenter leurs photos (Date et lieu où la photo a été prise ; Nom du photographe ; Nom de la personne/organisme à qui appartient la photo ; Dimension ; Couleur/Noir et Blanc ; Type de caméra utilisée ; Description du contenu). Les jeunes peuvent chercher l’information qu’ils ne détiennent pas en interrogeant des aînés de la communauté ou de leur famille. Au niveau de la description, ils doivent observer le plus de détails que possible pour décrire le contenu, l’angle dans lequel la photo a été prise, les détails à l’avant plan, à l’arrière plan, etc.

Discussion : Documenter une photo avec une fiche de description est une introduction à certaines procédures de traitement des archives photographiques. La discussion peut donc porter sur ce que les jeunes connaissent sur les archives ainsi que la facilité ou difficulté qu’ils ont eu à trouver des photos anciennes et à les identifier.

Exemples de questions : Quelles sont les informations clés dont on a besoin pour mettre une photo en contexte ? Comment est-ce qu’on décrit une photo pour en garantir une bonne lecture dans plusieurs années, voire plusieurs générations ? Est-ce que cette expérience aura un impact sur la façon dont ils voient leurs propres photos ? Auraient-ils envie de les documenter ?

*Cet atelier est inspiré d’un atelier provenant du travail de Simone Borges Paiva, dans le cadre de son projet Estação de Memória, à Paraisópolis au Brésil.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s